Rechercher

Harriet Tubman

Vous connaissez Harriet Tubman ? Surnommée "Moïse noire", cette ancienne esclave du Maryland se libéra de ses chaînes et aida des centaines d’esclaves à fuir l’horreur des plantations. Cheffe de guerre et militante abolitionniste, Harriet Tubman est une grande figure de la lutte contre l’esclavage et pour l’égalité.



Née Araminta Ross dans une plantation du Maryland entre 1820 et 1825 (il n’y a pas de registre pour les esclaves), elle prendra plus tard le prénom de sa mère, Harriet. Ben, son père, est un Noir libre qui travaille sur une autre plantation mais sa mère est esclave ; elle et ses 9 frères et sœurs sont donc né·es esclaves.

"L’esclavage, c’est l’antichambre de l’Enfer"

Dès son plus jeune âge, elle est louée par son maître à une autre famille pour surveiller un bébé et l’empêcher de pleurer la nuit. Chaque fois qu’il pleure, elle est battue. Adolescente, elle reçoit un poids très lourd sur la tête, un coup violent porté par un contremaître dans les champs. Elle devient narcoleptique suite à la commotion cérébrale. Dès lors considérée comme "une mauvaise ouvrière", on cherche à la vendre.


Harriet interprète ses crises comme des signes du divin. A chaque évanouissement, elle a une "vision" qu’elle décode en termes religieux. C’est ainsi que se construit l’idée qu’elle est élue. En fréquentant régulièrement l’église – réservée aux Noir·es ou tolérant les Noir·es –, elle forme une conscience communautaire et une pensée de rébellion.


L'épisode de la fuite d’Egypte résonne particulièrement : le "peuple élu" devient le peuple noir. Cette parole d'espoir circule dans les gospels et les spirituals. Dans les années 1840, la parole des Noir·es libres commence à se faire entendre. Son père a été affranchi et elle épouse John Tubman, un Noir libre, en 1844. On parle de plus en plus de l’Underground Railroad, un réseau de fuite clandestin créé par des Noir·es libres et des Quakers – notamment des femmes Quakers.

"De Noël à mars, le jour, je travaillais autant que je pouvais et la nuit, je priais (…) si vous n’arrivez pas à transformer le cœur de mon maître, tuez-le."

En 1849, le maître d'Harriet meurt. Elle entreprend une évasion vers la Pennsylvanie, où l’esclavage est aboli. Elle essaie d’entraîner son mari et ses deux frères mais son mari refuse et ses deux frères rebroussent chemin rapidement. Dans sa fuite, elle est aidée par les militant·es de l’Underground Railroad – et la voix de Dieu ?


Elle parcourt plus de 145 km, seule, de nuit, jusqu’à Philadelphie.

"Quand j’ai franchi la frontière, j’ai regardé mes mains pour voir si j’étais bien la même personne. (…) J’ai eu la sensation d’être arrivée au Paradis."

L’Enfer est de retour l’année suivante. En 1850, le Congrès vote le "Fugitive Slave Act", une loi qui renforce les droits des maîtres et autorise la traque des esclaves fugitif·ves dans les états libres pour les ramener sur les plantations. Même les états libres deviennent dangereux et celles et ceux qui aident les esclaves sont menacé·es. Une seule solution : le Canada.


Harriet fait le contraire : elle retourne dans le Maryland porter secours à ses frères et sœurs dans les champs de coton. Pendant 10 ans, elle mène des expéditions nocturnes entre le Nord et le Sud esclavagiste et guide plus de 300 esclaves sur l’Underground Railroad vers la liberté – sans en perdre aucun aime-t-elle préciser.


La tête de "Moïse" est mise à prix : 50 000 dollars. Mais qui pourrait imaginer que Moïse est une femme ? Sa maîtresse la reconnaît finalement mais ce n'est pas ce qui l'arrêtera : femme et analphabète, Harriet se déguise en homme et lit consciencieusement un journal pour passer inaperçue.


Pendant la Guerre de Sécession, elle rejoint les troupes nordistes. Elle prend les armes et la tête d'un peloton pour mener la guérilla. Elle est aussi infirmière, cuisinière, éclaireuse et espionne. Elle devra attendre 30 ans pour toucher une pension militaire.


A la fin de la guerre, l’esclavage est aboli mais Harriet sait que le combat n’est pas gagné. Elle devient une voix politique et milite pour l’égalité et notamment le droit de vote. Elle est aidée par des abolitionnistes blanches, ce qui lui confère une certaine aura et lui permet de fréquenter le Secrétaire d’Etat de Lincoln. Mais Harriet reste une femme noire dans une société qui n’en veut pas. Elle vit toute sa vie dans le dénuement. Pauvre mais libre.


Elle meurt le 10 mars 1913 dans la résidence pour nécessiteux·ses noir·es qu’elle a fondée à Auburn, en Alabama.


Arrivée en tête d’une consultation lancée par l’administration Obama, elle devait remplacer Andrew Jackson (propriétaire d’esclaves qui participa au génocide des Amérindien·nes) sur le billet de 20$ US. Cette décision fut annulée par l’administration Trump, puis remise sur le tapis par l'administration Biden.


Une astéroïde porte son prénom depuis 2004 (et ce n’est finalement pas Julia Roberts qui l’incarne dans le film hollywoodien qui lui est dédié, contrairement au souhait initial du scénariste).


#teamcolibri #Herstory

100 vues

Posts récents

Voir tout

Kahina

Mary Read