Rechercher

Anna Jaclard

Vous connaissez Anna Jaclard ? Aristocrate rebelle et courageuse, elle fut une figure incontournable de la Commune. Ecrivaine, traductrice, ambulancière, soldate, militante pour l'éducation des filles et les droits des femmes, elle fut un des piliers de l’Union des Femmes pour la Défense de Paris aux côtés de Louise Michel.


Anna Korvine-Kroukovskaïa naît en 1844 à Saint Pétersbourg. Son père est général des armées impériales et grand propriétaire terrien. Elle et sa sœur Sophie, première docteure en mathématiques, s’intéressent aux idées socialistes, comme toute une génération d’aristocrates russes qui découvre le "Que faire ?" de Nikolaï Tchernychevski (qui inspirera Lénine).


Sa nouvelle "Le Rêve" est publiée par Fiodor Dostoïevski dans sa revue "l’Époque" sous un pseudonyme masculin. Tombé sous le charme de la jeune auteure, il la demande en mariage mais Anna a 20 ans et d’autres projets que de devenir l’épouse du plus grand écrivain russe.


En 1868, elle part à Paris étudier la condition ouvrière. Elle trouve un emploi dans une imprimerie, fréquente des blanquistes et adhère à l’Organisation internationale des travailleurs. Sur la demande de Karl Marx, elle traduit en russe l’adresse inaugurale de la Ière Internationale.


Parmi les blanquistes parisiens qu’elle fréquente alors, Victor Jaclard lui plaît tout particulièrement. Professeur de mathématiques, il a participé à l’évasion de Blanqui en 1865 et a été exclu pour deux ans de toutes les universités de France pour avoir "encouragé les idées socialistes et athées". En 1870, harcelé par la police de Napoléon III, le couple s’exile en Suisse jusqu’à la défaite de Sedan.


Anna revient à Paris pour participer à la Commune qui encourage officiellement la participation des étrangers en érigeant en principe leur citoyenneté française : "le drapeau de la Commune est celui de la République universelle".


Le 18 mars 1871, à Montmartre, Anna Jaclard, membre du comité de vigilance du 18e arrondissement, se tient aux côtés de Louise Michel. Avec André Léo, elle crée le journal "La Sociale" et corédige dans la foulée l’Appel des citoyennes de Montmartre.


"Au temps où nous sommes, c’est l’idée plus que la force du bras qui gagne les batailles !"

Jules Ferry ayant fuit Paris après avoir lancé ses réformes sur l’enseignement, les femmes de la Commune, Anna en tête, réclament une nouvelle pédagogie pour les enfants des classes populaires. Elle coordonne l’enseignement laïque dans les écoles de filles pour déloger les congréganistes et promouvoir une véritable école de la République.


Elle est aussi l’une des militantes les plus actives de l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés qui obtient l’égalité des salaires et le droit de remettre en activité les ateliers abandonnés par les industriels.


"Nos ennemis, ce sont les privilégiés de l’ordre social actuel, tous ceux qui ont toujours vécu de nos sueurs, qui toujours se sont engraissés de notre misère. Nous voulons le travail mais pour en garder le produit, le gouvernement du peuple par lui-même, la Commune."

Ambulancière, Anna Jaclard devient soldate le 21 mai 1871, comme des milliers d’autres femmes, et, fusil au poing, défend les barricades face aux versaillais. Elle arrive à échapper au massacre (appelé "Semaine sanglante") et est condamnée par contumace aux travaux forcés à perpétuité.


Fuyant Paris, elle et son mari sont accueillis par Karl Marx à Londres. Anna y commence la traduction russe du Capital avant de retourner en Russie puis, après l’amnistie, à Paris, où elle meurt le 12 octobre 1887.


"Je ne l’avais pas vue depuis 1871, c’est morte que je la revois couchée, pâle, sur son lit (...). Avec mes souvenirs devant ce lit, quelque chose de mon cœur d’il y a vingt ans me revenait et restait avec elle. Elle fut intelligente et brave, mais à quoi bon songer à nous, est-ce que la vague n’emporte pas les gouttes d’eau ?" - Louise Michel (Mémoires)

Une rue du 12e arrondissement de Paris porte son nom.


#teamcolibri #Herstory

59 vues

Posts récents

Voir tout

Kahina

Mary Read